A propos de mon arthrose

Bonjour à tous,

Je m’appelle Emmanuel. J’ai 34 ans et cela fait 2 ans que l’on m’a diagnostiqué de l’arthrose cervicale au niveau C6 C7. Sale histoire me direz-vous, surtout à mon âge. Je vais vous expliquer ci-dessous pourquoi cette maladie n’a finalement pas été la pire chose qui me soit arrivée, bien au contraire. 

L’histoire d’une arthrose aux cervicales

Je me suis réveillé un beau matin l’épaule gauche et la nuque complètement bloquée. C’est venu un peu tout seul. Je me suis jeté chez l’ostéopathe, pensant qu’il allait régler l’histoire en deux temps trois mouvements. À ce moment-là, j’étais loin de penser à la rude bataille que je m’apprêtai à livrer. La douleur s’est par la suite précisée. C’est devenue une névralgies cervico-brachiales . Une douleur très pointue qui m’irradiait le bras à chaque fois que je penchais la tête à gauche. Je pouvais parfaitement imaginer le nerf inflammé (rachidien à priori) au sein de mon bras, depuis l’épaule jusqu’au poignet, voire les doigts par moment.

J’ai même un moment douté sur l’origine de la douleur : les cervicales ? L’épaule ? Le bras ? Mais quelle est cette blague.

Le pompon aura été ce jour  de 16 août 2017, à 13h, ou j’me suis regardé dans la glace et j’ai vu que j’étais … tordu ! « Sacré bon dieu, Emilie ! Criais-je à ma copine (fiancée maintenant). Regarde, mon cou part sur la droite ! » Mon cou partait clairement vers la droite.

C’est bouche-bée que j’ai pris sur le champs un nouveau rendez-vous mon ostéo, le médecin, le rhumato, le kiné, puis finalement le radiologue, avec la ferme intention de poser un nom sur cette douleur étrange.

Le 21 septembre 2016, le diagnostique est tombé :

De l’arthrose cervicale, qu’il me lance, l’IRMiste ou plutôt le radiologue. Génial ! Et après ? « Après débrouille toi, il faut que j’y aille » qu’il ne me lança jamais, mais qu’il pensa fort.

Ma copine s’est bien foutue de moi en me lançant que ce genre de truc arrivait normalement aux plus de 50 ans en générale. Du haut de mes 34 ans, j’avais effectivement un peu d’avance.

Toujours est-il que, cette névralgie cervico-biraciale me lançait de sévères radiations dans le bras. Et j’avais bien l’intention de m’en débarrasser.

Le combat !

Pour réduire les douleurs, j’ai testé beaucoup de choses : ostéopathe, kiné, rhumatologue, Ethiopatie, herboriste, magnétiseur, rebouteux… J’ai claqué un fric monstre chez tous ces spécialistes. Les résultats n’ont pas été très probants, j’dois dire. Pour autant, ils ont leur utilité, au moins pour certains d’entre nous. On aura l’occasion d’y revenir.

En revanche, mes recherches m’ont petit à petit amené vers le plus naturel des médocs : l’alimentation ! C’est là que le changement de vie intervient. 

Comprendre que purifier et entretenir sa carcasse est le plus efficace des moyens de lutter contre l’arthrose, et toutes les maladies du monde en fait c’est prendre un sacré virage dans sa vie. Et il en amène d’autres par la suite.

L’autre remède essentiel que je compte partager avec vous , c’est le sport. L’activité physique est absolument essentielle pour réduire vos douleurs. Et la pratiquer n’aggravera JAMAIS votre cas. Au contraire.

Je me suis aussi vite rendu compte que notre cerveau pouvait aussi nous jouer des tours physiquement. Il est super puissant. Le stress, les mauvaises émotions ont un impact sur le corps.

Le partage

Je suis loin d’être un expert. Mais je peux/veux partager avec vous mon expérience grandissante dans ma lutte contre l’arthrose. Elle m’a permis de me soigner, et au passage, d’être en bonne santé et de me sentir en plein forme.

Pour ceux qui souhaite en savoir plus sur cette fameuse maladie, cliquez donc ici : qu’est-ce que l’arthrose ? On ne va pas s’étaler dans ce chapitre. 

Si toi aussi tu as de l’arthrose au genou, à la nuque, dans les doigts, et que tu cherches à te soigner, n’hésite pas à laisser un commentaire pour partager ton expérience, tes solutions miracles ou tes questions.  

Si en revanche, tu penses comme beaucoup, que cette maladie est irréversible, et que rien ne pourras te guérir, que la seule chose possible sera de ralentir le processus, je t’invite à fermer cette page et à réfléchir. Il est essentiel d’être motivé et plein de volonté pour en guérir. C’est la clef.  

Merci de m’avoir lu. J’espère que ce blog pourra vous aider à aller mieux, et surtout vous sentir mieux dans votre corps, donc dans votre vie. 

Emmanuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *