Comment vaincre une névralgie cervico-brachiale en une semaine

Etirement permettant de déompresser les cervicales et de réduire les douleurs liée à la névralgie cervicobrachiale

Les douleurs d’une névralgie cervico-brachiale sont difficiles à supporter. Elles peuvent parfois atteindre le bout des doigts. Celles que j’ai connues lorsqu’on m’a diagnostiqué de l’arthrose cervicale, s’arrêtait au niveau du coude, mais les picotements, eux, atteignaient mon pouce et mon index.

Je vous donne dans cette article une méthode simple pour faire disparaître vos symptômes et également pour vous attaquer à la source du problème.

 

Après plusieurs années d’effort, je suis parvenu à faire taire ces douleurs. J’ai vu pléthore de spécialistes, de l’ostéo, à 90€ la séance, jusqu’au rebouteux en pleine campagne. J’ai fais bon nombre de séances de kiné et ai porté des minerves jour et nuit, puis ai fini par m’étirer et me muscler quotidiennement. J’ai ingurgité des anti-inflammatoires de chevaux avant de finalement changer radicalement mon alimentation et me mettre aux jeûns intermittents et thérapeutiques, sans oublier les mono-diettes et autres cures de gluten. Bref …

Tout ça pour dire que je suis en mesure de vous indiquer aujourd’hui ce qui aura été le plus efficace pour faire disparaître la grande majorité des symptômes.

De tout ce que j’ai pu testé, voilà les meilleurs conseils que j’en ai retenu.

La méthode pour anéantir la névralgie cevrico-brachiale, en résumé

Voici un rapide résumé de la méthode que je vous présente dans cet article. Elle consiste en trois grandes phases :

Étape #1 : Réduire l’inflammation par tous les moyens

L’arthrose cervicale est a l’origine de pincement des nerfs au niveau des vertèbres, cause des douleurs de la névralgie cervico-brachiale et de l’inflammation. Réduire cette inflammation est nécessaire. C’est le rôle des anti-inflammatoires. Mais d’autres techniques naturelles et bien plus économiques répondent à cet objectif : l’argile en cataplasme et par voie interne, les bains dérivatifs (poches de glace au niveau du périnée) ou encore l’alimentation et ses nombreux aliments anti-oxydants.

Étape #2 : Détendre la zone des cervicales

Qui dit inflammation dit contracture musculaire. Quand mon arthrose cervicale est apparue, les premiers symptômes n’auront pas été la névralgie cervico-brachiale mais bien la contracture musculaire. Réduire les tensions est évidemment primordial avant toute chose. Là encore les cataplasmes d’argiles vont seront utile. D’autres outils tels que les hamac cervicale et un oreiller de compète vous aideront. 

Étape #3 : Pratiquer des étirements des cervicales et du corps au quotidien

S’étirer les cervicales et le cou est essentiel pour limiter ses douleurs. Cela donne de l’air aux articulations et vient limiter le pincement de nerfs. Simple comme bonjour.

Par ailleurs, on comprend souvent trop tardivement à quel point la souplesse du corps est importante pour son bien-être. C’est en effet un fabuleux moyen pour le lui de réduire les tensions et d’éviter les blessures.

Le plus souvent on décide de s’étirer une fois le mal installé. Là aussi, grosse erreur. Étirer un muscle contracté ne fera qu’empirer les choses.

Étape #4 : Renforcer la musculature qui entoure les cervicales

L’avant dernier point, pas le moins important, consiste au renfort musculaire. Les muscles sont LA clef numéro 1 pour réduire ses douleurs de manière efficace. Ils sont un véritable soutien pour nos articulation et vont permettre de les soulager et de réduire à néant les pincements et les douleurs s’ils sont bien forgés. 

Inutile de vous inscrire dans une salle de sport. Des exercices très simples de gainage feront amplement l’affaire. 

Étape #5 : Anéantir définitivement le mal en s’attaquant à la source : les émotions négatives

Ce conseil sera probablement le moins suivi de tous ceux exposés dans les étapes précédentes. Elle est pourtant la véritable clefs de la guérison. En effet, je suis intimement persuadés que les maux du corps sont la conséquence de nos émotions les plus sombres (colère, sentiments, d’abandon ou de rejets, souffrance diverses…). Ces émotions sont la cause de stress et donc de blocages énergétiques aux conséquences désastreuse sur le corps à plus ou moins long terme.

Des techniques très simples et qui ont fait leur preuves, permettent de gérer ces émotions et de guérir bon nombre de maladies : l’EFT, l’EMDR ou encore l’hypnose. L’arthrose cervicale et la névralgie cervico-brachiale n’échappe pas à cette règle.

La méthode en détail

Avertissements préalables

Volonté et motivation, à toute épreuve

La méthode que j’avance nécessite volonté et motivation. Il va falloir aller cherché ces deux ingrédients au fond de vous même. Se lever tous les matins et se lancer dans des étirements et du gainage peut s’avérer difficile et on a vite fait de préférer se poser sur le canapé pour regarder ses messages Whatsapp.

Je ne suis pas un spécialiste

La méthode que je vous présente ici n’est que le fruit de mon retour d’expérience. Je ne suis ni médecin, ni naturopathe encore moins kiné ou ostéo. Aussi, je vous incite vivement à faire un tour chez ces gens là si vous n’êtes pas sûr(e) de votre diagnostic. Sachez par ailleurs que les conseils qui vont suivre pour réduire la névralgie cervico-brachiales sont naturels et globalement compatibles avec des traitements médicaux qu’on pourrait ou qu’on vous a prescrit (attention éventuellement à l’argile qui est un aspirateurs à toxines et qui pourraient réduire les effets médicamenteux).

Etape #1 : Réduisez l’inflammation de la névralgique cervico-brachiale et du corps tout entier

Pour réduire l’inflammation de la zone névralgique ainsi que toute autre inflammation du corps, voici trois conseils précieux que je vous incite à mettre en pratique dés aujourd’hui.

L’argile verte, efficacité garantie

L’argile est un véritable don de la nature. Elle est peu chère et un pouvoir nettoyant et détoxifiant exceptionnel. En cataplasme, elle va attirer les toxines comme un véritable aspirateur.

Il est également possible de la consommer par voie interne. Elle permettra notamment :

  • d’absorber les toxines et de les éliminer par les intestins,
  • de reconstituer la flore intestinale en évitant la prolifération des bactéries pathogènes,
  • de purifier le sang et de favoriser l’hématopoïèse (fabrication des globule rouge),
  • de guérir les diarrhées,
  • de combler les carences en sels minéraux par sa composition (calcium, fer, potassium, silice, aluminium, magnésium, sodium…),
  • favorise la digestion et limite les brulures d’estomac.

Conseils d’utilisation et contre-indication

  • Éviter les cuillères en métal qui vont détruire une grande partie nutriments de l’argile
  • Par voie interne,
    • faite une cure d’environ 21 jour, à raison d’une cuillère à café par jouroptez pour une argile de type surfine ou ultra-ventilée
    • privilégiez de l’eau de source
    • vous pouvez boire sans crainte l’argile toute entière. Beaucoup ne boivent que l’eau après avoir laisser l’argile reposer toute la nuit. Je pense que c’est dommage, au même titre que Jade Allegre, experte reconnue en matière d’argile.
  • Éviter la sur-consomation en cas d’hypertension artérielle
  • En cas de constipation, il conviendra de boire beaucoup d’eau et d’éventuellement accompagner les prise d’argile de tisanes laxatives. Par ailleurs, éviter de consommer en parallèle de l’huile alimentaire qui fait durcir l’argile,
  • Consommer l’argile en dehors des prises de médicaments car elle pourrait en annihiler les effets.

Les bain dérivatifs

Cette méthode, inventée par Louis Kuhne (XIXe siècle) consiste à refroidir l’entre jambe grâce à de l’eau froide, à l’aide d’un bidet. Légèrement laissée de côté depuis, France Guillain l’a remise au goût du jour en simplifiant notamment son utilisation avec des poches de glace (elle préconise la marque Yokool). Vous pouvez également le pratiquer dans votre douche ou votre baignoire.

Ces bains dérivatifs permettent de réduire la température de quelques centièmes de degrés et ainsi de réduire significativement l’état inflammatoire du corps entier.

En plus de ce rôle anti-inflammatoire notable, voici quelques unes des nombreuses vertus de ces bains dérivatifs :

  • amélioration du transit,
  • gain d’énergie,
  • sommeil plus réparateur,
  • décontraction des fascias : membrane fibro-élastiques qui recouvre tous les organes, muscles et vaisseaux sanguins et lymphatiques, 
  • meilleur circulation des graisses brunes, permettant notamment d’évacuer les toxines et de réduire les tensions artérielles.

Conseils d’utilisation et contre-indication

  • vous pouvez en réaliser sans modération, l’excès de bains dérivatifs ne peut que vous faire du bien, s’ils sont bien réalisés,
  • privilégiez les bains dérivatifs à distance des repas car ils défavorisent la digestion,
  • éviter de mettre des poches de glaces directement sur la peau pour ne pas la bruler,
  • les bains à l’eau froide sont plus efficaces que les poches de glaces. Pour une efficacité similaires :
    • 1 à 20 minutes pour les bains
    • 3 heures pour les poches, à changer une fois tièdes (30 à 45 minutes environ)
  • éviter les bains dérivatifs lors du premier trimestre de la grossesse ainsi que si vous êtes porteur d’une prothèse (genou, hanche…).

Alimentation, votre meilleur allier pour chasser les toxines

L’alimentation est votre meilleure allier pour guérir de toutes les maladies qui vous touche. Mais il faudra néanmoins vous armer de patience. Si vous avez donner à votre corps des décennies de malbouffe, la remise en forme ne se fera pas en un jour. Ne soyez donc pas étonné de ne pas voir de résultats immédiatement après avoir changé vos habitudes. C’est un travail de fond qui est primordial. Et il n’est jamais trop tard pour changer tout ça.

Je ne vais pas m’étaler sur ce sujet car il est tellement vaste qu’il mérite un article entier. Voici donc mes meilleurs conseils en matière d’alimentation, pour aider votre corps à guérir.

Détoxifier votre corps, notamment grâce au jeûn

En premier lieu, il me semble nécessaire de détoxifier votre corps. Vous lui avez infligez des années d’alimentation acide et pleine de toxines. Il est grand temps de nettoyer tout ça en faisant des cures. La meilleure des cure est le jeûn. Le jeûn thérapeutique (au moins 4 jours) sera largement plus efficace que les jeûns type monodiette ou jeûn intermittents. Ces derniers auront surtout un intérêt une fois le grand nettoyage réalisé, pour l’entretien de la machine. Si vous n’êtes pas encore prêts à faire un jeûn de plus de 3 jours, tournez vous vers ces techniques. Ce sera déjà très bien.

L’idée est de nettoyer vos organes émonctoires (qui permettent d’éliminer les déchets) : foie, intestins, peau, poumons, reins.

Il existe également des tisanes détoxifiantes qui permettent de nettoyer certains organes :

  • le foie : artichaut, fumerette, noyer, romarin (goût amer)
  • les intestins : fenouil, vervaine citronnée, séné, mauve sylvestre (feuille), angélique (fruits)

Ré-équilibrez l’équilibre acido-basique (20 / 80%)

Évitez pendant quelques temps tous les aliments acides et privilégiez une alimentation alcalinisante. Il est en effet essentiel de ré-équilibrer votre alimentation entre les éléments acides et basiques. C’est ce déséquilibre qui est à l’origine de nos maux. L’idée ici n’est pas forcément de supprimer définitivement les aliments acides, mais de les limiter pour qu’il deviennent minoritaires dans votre alimentation.

Tableau

En gros :

  • limitez, voire supprimez :
    • la viande, notamment rouge
    • le lait ou fromage de vache
    • le sucre rafiné
    • le gluten (produit à base de farine). Faites une cure d’1 mois pour savoir si vous êtes intolérant. De nombreuses personnes n’en n’ont pas conscience. L’arrêt du gluten représente une véritable révolution pour elles.
    • les graisse saturées : ces acides gras sont ravageurs pour le corps. Ils sont contenus dans la viande grasse, lait entier, fromage, beurre, crème.

 

  • gavez vous :
    • de fruits et légumes (variés ! bio ! local !). Les pesticides présents dans les autres ne feront que renforcer les toxines qui vous habitent. Mangez cru au maximumn. Ou au moins, ne les cuisez pas trop vos fort (au dessus de 70% les micros utriment commence à bien dispataître).  
    • d’acides gras insaturés : oméga 3. Ces graisses ne sont pas fabriquées par les corps. On les trouve dans l’huile de lin, de noix, ou les poissons gras (sardines)
    • de légumineuses (lentilles, fèves, haricots, poids…)

Dans son livre La Méthode, France Guillain y décrit le Miam O 5 : repas contenant l’essentiels de nos besoins. Il faut donc :

  • 50% de légumes crus et cuits
  • 3c à soupe de céréale ou tubercule (riz, pomme de terre, topinambour, quinoa, semoule…)
  • 1c à soupe d’une protéine végétale= légumineuses (pois chiches, haricots rouges, lentilles, …)
  • une protéine animale (viande, poisson, œuf)
  • 1 à 2c. à soupe d’huile crue, bio et extraite à froid : olive, sésame, colza, lin

Mangez variés, mangez bio, mangez de saison

Je ne trouve pas forcément utile de venir vous inciter à manger un aliment plus qu’un autre en fonction de ses nutriments. Le vrai secret pour avoir une alimentation guérissante est de varier les aliments. Testez les différents légumes d’une semaine sur l’autre. Soyez curieux. Au pire vous n’aimez pas et vus n’en prendrez plus.
 
Pensez aussi à achter local et de saison. En gros, trouvez votre petit producteur au marché et achetez lui tout ce qu’il propose. S’il est bio, c’ets encore mieux. Les légumes non bio sont bourré de pesticides. Un rapport de l’Autorité Européenne de sécurité des aliments (EFSA) de 2010 publiait que sur 70 000 produits testés, 96,5% contenait ces substances nocives. Ca fait froid dans le dos. Et surtou ça donne envie de courir chez Biocop !

N’oubliez pas les super aliments anti-oxydant ou inflammatoire

Pour finir, je vous incite vivement à consommer des super-aliments

Détendez la zone concernée

Hamac cervicales

oreiller

Étirez pour donner de l’aire aux articulations

Les étirements de la zones proche de la névralgie

Étirez aussi le reste du corps

Renforcez votre musculature autour de la névralgie

Articulation = relais des articulations.

Force de tanségrit

Pour que la névralgie cervico-brachiale ne reviennent jamais

Gardez le cap et inscrivez vos habitudes dans la durée

Cherchez l’émotion à l’origine du problème et gérez là

Sinon le mal reviendra ou se traduira par un symptôme différent

=> retour du mal pour moi à cause d’une même émotion non gérée

Gérez l’émotion et débloquez votre énergie grâceà des méthode simples

L’EFT

L’EMDR

L’hypnose

 cervicp

 

Des rechutes peuvent arriver

J’ai revécu un choc émotionnel survenu 3 ans plus tôt. Selon moi, les mêmes blocages énergétiques expliquent en grande partie pourquoi la même douleur est réapparue, entre autres raisons.

Cette émotion post-traumatique est probablement la source de mes douleurs. Je vous en reparle à la fin de ce mail.

Comment guérir les symptômes ? => détente et musculation

Avant toute chose, il faut absolument réduire la contracture.

Pour ça, les deux solutions suivantes auront été parfaitement efficaces :

  • 3 jours de cataplasme d’argile 24h/24

  • massages aux huiles essentielles, si vous en avez la possibilité

Une fois la musculature à nouveau détendue, place au renfort musculaire. Rappelez vous que les muscles sont le soutien de nos articulations.

Les solutions ultimes pour réduire les douleurs liées à l’arthrose ou à une névralgie cervico-brachiale sont :

  • des étirements quotidiens

  • 7 minutes de gainage quotidiens ou tous les 2 jours pendant au moins 1 mois.

Pour le gainage, j’en dis plus dans cet article.

Concernant les étirements, je vous conseille cet article de blog. Il donne des exemples intéressants d’étirements des cervicales et de la zone musculaire concernée. Ces étirements me semblent être bien efficaces pour régler les problèmes de tension et d’arthrose aux cervicales.

Des résultats très positifs

Je suis très satisfait des résultats. Après avoir rigoureusement appliqué ma nouvelle routine, ma contracture a complètement disparu et mes douleurs dans le bras ont drastiquement diminué. Quand je penche ma tête en arrière, la radiation de cette bonne vieille névralgie se limite à l’épaule. C’est en bonne voie. J’ai même repris la course et refais des pompes. Risqué mais expérience réussie.

Gardez le cap

Je peux vous dire que je suis super motivé pour continuer mes efforts et réduire à néants ma névralgie. Cette méthode semble être définitivement efficace. Bien sûr, il faut de la volonté, de motivation, et d’abnégation. Rien n’est gratuit.

Soyez septiques et confiants

Si vous êtes touchés par des douleurs aux cervicales, je vous invite à suivre mes conseils. J’en profite pour rappeler qu’ils ne s’appuient que sur ma simple expérience, or je ne suis pas spécialiste.

Faites preuve de scepticisme positif. Tester les méthodes soit même, même les plus bizarres, est le meilleur moyen de s’assurer qu’elles sont efficaces, ou pas !

Comment s’attaquer à la source ?

Je ne fais qu’expliquer dans ce mail comment j’ai solutionné les symptômes de ma douleur. Mais il faudrait également que je m’attaque à la cause première de mon problème : les émotions post-traumatiques. On en a tous, des plus ou moins graves, sans en être forcément conscient. Quoi qu’il en soit, elles sont la cause de blocages énergétiques. L’énergie circulant mal, certains organes ou certaines zones du corps se retrouvent en berne.

De nombreuses techniques permettent de réduire ces blocages. Je pense notamment à l’EFT, l’EMDR ou encore l’hypnose…

Ayant la ferme intention de guérir complètement, je compte également travailler sur ce point. Je vous en dirai plus sur le sujet en temps voulu.

Si vous avez des remarques, suggestions ou questions diverses, n’hésitez pas à me contacter par mail.

Pour rappel, voici le lien vers mon blog, Arthrose et Guérison.

Gardez courage et restez à l’écoute de votre corps.

Bonne journée.

Emmanuel